FondĂ©e en 1834, cette focacceria est l’une des plus anciennes institutions de la ville. SituĂ©e sur une jolie petite place calme du centre historique, elle rĂ©gale le Tout Palerme avec sa cuisine populaire sicilienneUrendez-vous historique et culinaire Ă  ne pas manquer ! 

Bien sĂ»r, elle est dans tous les guides et je n’avais pas manquĂ© de la surligner dans le mien lorsque je me suis rendue Ă  Palerme pour la premiĂšre fois en octobre dernier.

@carnetsmediterraneens

Mais c’est finalement sans la chercher que je suis tombĂ©e dessus en rentrant de balade, dans une petite rue du quartier de la Kalsa (dont je vous parlerai une autre fois), juste derriĂšre celle du B&B oĂč j’avais Ă©lu rĂ©sidence (oui, la formule est un peu pompeuse, mais j’aime bien !).

J’en profite d’ailleurs pour vous donner en fin d’article les coordonnĂ©es de cette formidable adresse : emplacement idĂ©al, accueil adorable, entretien impeccable, confort optimal et rapport qualitĂ©/prix imbattable ! 

J’aurai certainement envie de tester un autre endroit lorsque j’y retournerai (il me tarde !) car certaines adresses me font terriblement de l’Ɠil
 NĂ©anmoins, c’est un hĂ©bergement que je vous conseille vivement.  J’attire juste l’attention sur le fait que l’appartement se situe en Ă©tages et qu’il n’y a pas d’ascenseur ; si l’on vous aidera gentiment Ă  monter et Ă  descendre vos bagages en cas de besoin, cela peut ĂȘtre plus compliquĂ© pour les personnes Ă  mobilitĂ© rĂ©duite.  

Mais revenons à nos focaccie


Un lieu historique 

L’histoire remonte Ă  1834. Cette annĂ©e-lĂ , Salvatore Alaimo, chef cuisinier des Princes de Cattolica reçut en cadeau pour ses bons et loyaux services un cadeau original : la chapelle dĂ©sacralisĂ©e d’un ancien palais de Palerme. Que faire de ce lieu particulier ? Il trouva bien vite la rĂ©ponse en y installant une focacceria oĂč il dĂ©cida de cuisiner cette fois pour le peuple en lui prĂ©parant la savoureuse focaccia (je ne m’étends pas sur le sujet car ce grand classique de la cuisine italienne mĂ©rite un article Ă  lui seul – que je vous Ă©crirai bien Ă©videmment !). 

Au fil des ans, Salvatore diversifia ses plats, notamment en mettant Ă  sa carte la fameuse (Ă  tous les sens du terme) pasta con le sarde (pĂątes aux sardines agrĂ©mentĂ©es notamment de pignons, de raisins secs et de chapelure) que j’ai pu goĂ»ter dans une toute petite gargote d’habituĂ©s oĂč je n’aurais jamais eu l’idĂ©e de mettre les pieds si un Palermitain rencontrĂ© sur place alors qu’il promenait son chien (spĂ©ciale dĂ©dicace Ă  l’adorable Cica) et devenu un ami n’avait eu la bonne idĂ©e de m’y emmener. Grazie Giuseppe ! 

De fil en aiguille, la rĂ©putation du lieu grandit, attirant politiques, intellectuels, artistes et autres personnalitĂ©s publiques qui en firent bientĂŽt leur cantine. Entres autres Giovanni Falcone et Paolo Borsellino, cĂ©lĂšbres juges anti-mafia
 Mais l’endroit resta populaire car c’est justement une ambiance et des saveurs simples que chacun venait y chercher.

ï»żL’Antica Focacceria San Francesco appartient Ă  la mĂȘme famille depuis cinq gĂ©nĂ©rations.

En 1902, il fut rebaptisĂ© Antica Focacceria San Francesco, en raison de l’église San Francesco d’Assisi lui faisant face. Au menu figuraient dĂ©jĂ  les spĂ©cialitĂ©s locales qu’on y trouve encore aujourd’hui.

Ce commerce appartient Ă  la mĂȘme famille depuis cinq gĂ©nĂ©rations. Les derniers descendants de la famille et donc actuels propriĂ©taires, Fabio et Vincenzo Conticello, perpĂ©tuent la tradition avec respect tout en s’engageant beaucoup dans la vie de leur ville, notamment en affichant ouvertement leur rĂ©sistance Ă  la Mafia, raison pour laquelle cette institution est aujourd’hui sous protection policiĂšre rapprochĂ©e. Mais ne vous laissez pas impressionner par la prĂ©sence du carabinier Ă  l’entrĂ©e ! 

Au menu 

L’Antica Focacceria San Francesco est restĂ©e fidĂšle Ă  ses origines en continuant Ă  proposer des plats simples et populaires. Notons au passage qu’elle est recommandĂ©e par le mouvement international Slow Food dont le principal objectif est de sensibiliser les citoyens Ă  l’Ă©cogastronomie. 

Politiques, Ă©tudiants et touristes se bousculent encore aujourd’hui dans ce joli cadre au charme d’antan pour se rĂ©galer Ă  moindre coĂ»t.

Parmi ses spĂ©cialitĂ©s, notons : 

  • les bucatini con le sarde (pĂątes aux sardines Ă©voquĂ©es plus haut, les bucaniti ressemblant Ă  des spaghetti mais plus Ă©pais et creux, forme idĂ©ale pour sublimer les sauces Ă©paisses) ; 
  • les arancini di riso (boules de riz farcies de tomates, petits pois et mozzarella puis pannĂ©es et frites) ; 
  • le sfincione (la vraie pizza palermitaine, dont je ne manquerai pas de vous raconter l’histoire et de vous donner un jour la recette, qui se caractĂ©rise par une pĂąte Ă  pain plus Ă©paisse et moelleuse car levĂ©e deux fois et une garniture d’oignons, de tomates et d’un fromage typiquement sicilien, le caciocavallo ragusano) ; 
  • la foccacia schietta (gĂ©nĂ©reusement garnie de fromage : ricotta et caciocavallo) ;
  • les panelle di ceci (beignets Ă  base de farine de pois chiches qui s’apparentent aux panisses que l’on trouve dans le sud de la France). 

En effet, s’il est tout Ă  fait possible de manger Ă  table, Ă  l’intĂ©rieur ou sur la place aux beaux jours, la Focacceria est depuis toujours spĂ©cialisĂ©e dans les encas Ă  emporter (je me refuse Ă  parler ici de fast food !), parmi lesquels l’ancestral, rustique et emblĂ©matique sandwich Ă  base de poumon et de rate de veau prĂ©alablement bouillis, revenus avec des oignons dans du saindoux et servis dans un pain rond et tendre de type hamburger recouvert de graines de sĂ©same (appelĂ© vastedda) : le pani cĂą mĂšusa (en sicilien) ou pane con la milza (en italien). Nombreux sont les palais costauds Ă  faire la queue pour l’emporter. Etant vĂ©gĂ©tarienne (mĂȘme s’il m’arrive encore de manger du poisson), je vous avoue que je n’aurais jamais pu y goĂ»ter et que sa seule description me donne le haut-le-cƓur, mais, rigueur journalistique oblige, je ne pouvais passer sous silence une des grandes spĂ©cialitĂ©s historiques de l’endroit. En revanche, je ne vous oblige pas Ă  en manger ! 

Politiques, Ă©tudiants et touristes se bousculent donc encore aujourd’hui dans ce joli cadre au charme d’antan pour se rĂ©galer Ă  moindre coĂ»t. La calme placette est aux beaux jours une invitation qui ne se refuse pas. Le tout pourtant en plein centre historique ! â–  

Antica Focacceria San Francesco
Via Alessandro Paternostro 58 – 90133 Palermo – Italia
www.anticafocacceria.it 

B&B Campanile
Via del Parlamento 31 – 90133 Palermo – Italia
www.bebcampanile.com

2 COMMENTS

  1. LĂ  je suis repartie Ă  Palerme qui m’a charmĂ©e par sa magie toute particuliĂšre en 2016 … merci pour cet article 🌾

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here