Fondée en 1834, cette focacceria est l’une des plus anciennes institutions de la ville. Située sur une jolie petite place calme du centre historique, elle régale le Tout Palerme avec sa cuisine populaire sicilienneUrendez-vous historique et culinaire Ã  ne pas manquer ! 

Bien sûr, elle est dans tous les guides et je n’avais pas manqué de la surligner dans le mien lorsque je me suis rendue à Palerme pour la première fois en octobre dernier.

@carnetsmediterraneens

Mais c’est finalement sans la chercher que je suis tombée dessus en rentrant de balade, dans une petite rue du quartier de la Kalsa (dont je vous parlerai une autre fois), juste derrière celle du B&B où j’avais élu résidence (oui, la formule est un peu pompeuse, mais j’aime bien !).

J’en profite d’ailleurs pour vous donner en fin d’article les coordonnées de cette formidable adresse : emplacement idéal, accueil adorable, entretien impeccable, confort optimal et rapport qualité/prix imbattable ! 

J’aurai certainement envie de tester un autre endroit lorsque j’y retournerai (il me tarde !) car certaines adresses me font terriblement de l’œil… Néanmoins, c’est un hébergement que je vous conseille vivement.  J’attire juste l’attention sur le fait que l’appartement se situe en étages et qu’il n’y a pas d’ascenseur ; si l’on vous aidera gentiment à monter et à descendre vos bagages en cas de besoin, cela peut être plus compliqué pour les personnes à mobilité réduite.  

Mais revenons à nos focaccie…

Un lieu historique 

L’histoire remonte à 1834. Cette année-là, Salvatore Alaimo, chef cuisinier des Princes de Cattolica reçut en cadeau pour ses bons et loyaux services un cadeau original : la chapelle désacralisée d’un ancien palais de Palerme. Que faire de ce lieu particulier ? Il trouva bien vite la réponse en y installant une focacceria où il décida de cuisiner cette fois pour le peuple en lui préparant la savoureuse focaccia (je ne m’étends pas sur le sujet car ce grand classique de la cuisine italienne mérite un article à lui seul – que je vous Ã©crirai bien évidemment !). 

Au fil des ans, Salvatore diversifia ses plats, notamment en mettant à sa carte la fameuse (à tous les sens du terme) pasta con le sarde (pâtes aux sardines agrémentées notamment de pignons, de raisins secs et de chapelure) que j’ai pu goûter dans une toute petite gargote d’habitués où je n’aurais jamais eu l’idée de mettre les pieds si un Palermitain rencontré sur place alors qu’il promenait son chien (spéciale dédicace à l’adorable Cica) et devenu un ami n’avait eu la bonne idée de m’y emmener. Grazie Giuseppe ! 

De fil en aiguille, la réputation du lieu grandit, attirant politiques, intellectuels, artistes et autres personnalités publiques qui en firent bientôt leur cantine. Entres autres Giovanni Falcone et Paolo Borsellino, célèbres juges anti-mafia… Mais l’endroit resta populaire car c’est justement une ambiance et des saveurs simples que chacun venait y chercher.

L’Antica Focacceria San Francesco appartient à la même famille depuis cinq générations.

En 1902, il fut rebaptisé Antica Focacceria San Francesco, en raison de l’église San Francesco d’Assisi lui faisant face. Au menu figuraient déjà les spécialités locales qu’on y trouve encore aujourd’hui.

Ce commerce appartient à la même famille depuis cinq générations. Les derniers descendants de la famille et donc actuels propriétaires, Fabio et Vincenzo Conticello, perpétuent la tradition avec respect tout en s’engageant beaucoup dans la vie de leur ville, notamment en affichant ouvertement leur résistance Ã  la Mafia, raison pour laquelle cette institution est aujourd’hui sous protection policière rapprochée. Mais ne vous laissez pas impressionner par la présence du carabinier à l’entrée ! 

Au menu 

L’Antica Focacceria San Francesco est restée fidèle à ses origines en continuant à proposer des plats simples et populaires. Notons au passage qu’elle est recommandée par le mouvement international Slow Food dont le principal objectif est de sensibiliser les citoyens à l’écogastronomie. 

Politiques, étudiants et touristes se bousculent encore aujourd’hui dans ce joli cadre au charme d’antan pour se régaler à moindre coût.

Parmi ses spécialités, notons : 

  • les bucatini con le sarde (pâtes aux sardines évoquées plus haut, les bucaniti ressemblant à des spaghetti mais plus épais et creux, forme idéale pour sublimer les sauces épaisses) ; 
  • les arancini di riso (boules de riz farcies de tomates, petits pois et mozzarella puis pannées et frites) ; 
  • le sfincione (la vraie pizza palermitaine, dont je ne manquerai pas de vous raconter l’histoire et de vous donner un jour la recette, qui se caractérise par une pâte à pain plus épaisse et moelleuse car levée deux fois et une garniture d’oignons, de tomates et d’un fromage typiquement sicilien, le caciocavallo ragusano) ; 
  • la foccacia schietta (généreusement garnie de fromage : ricotta et caciocavallo) ;
  • les panelle di ceci (beignets à base de farine de pois chiches qui s’apparentent aux panisses que l’on trouve dans le sud de la France). 

En effet, s’il est tout à fait possible de manger à table, à l’intérieur ou sur la place aux beaux jours, la Focacceria est depuis toujours spécialisée dans les encas à emporter (je me refuse à parler ici de fast food !), parmi lesquels l’ancestral, rustique et emblématique sandwich à base de poumon et de rate de veau préalablement bouillis, revenus avec des oignons dans du saindoux et servis dans un pain rond et tendre de type hamburger recouvert de graines de sésame (appelé vastedda) : le pani câ mèusa (en sicilien) ou pane con la milza (en italien). Nombreux sont les palais costauds à faire la queue pour l’emporter. Etant végétarienne (même s’il m’arrive encore de manger du poisson), je vous avoue que je n’aurais jamais pu y goûter et que sa seule description me donne le haut-le-cœur, mais, rigueur journalistique oblige, je ne pouvais passer sous silence une des grandes spécialités historiques de l’endroit. En revanche, je ne vous oblige pas à en manger ! 

Politiques, étudiants et touristes se bousculent donc encore aujourd’hui dans ce joli cadre au charme d’antan pour se régaler à moindre coût. La calme placette est aux beaux jours une invitation qui ne se refuse pas. Le tout pourtant en plein centre historique ! â–  

Antica Focacceria San Francesco
Via Alessandro Paternostro 58 – 90133 Palermo – Italia
www.anticafocacceria.it 

B&B Campanile
Via del Parlamento 31 – 90133 Palermo – Italia
www.bebcampanile.com

2 COMMENTS

  1. Là je suis repartie à Palerme qui m’a charmée par sa magie toute particulière en 2016 … merci pour cet article 🌸

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here